Emily Lubaszka

Comment se fait-il que tu n’arrives pas à te sentir reconnu dans ton travail ? 

Tu penses que c’est en ayant la reconnaissance de ton chef que tu vas te sentir de nouveau épanouie sur ton poste. Que c’est en ayant une augmentation que tu te sentiras plus libre. Que c’est en passant chef de service que tu vas être reconnue à ta juste valeur. Que c’est en faisant une nouvelle formation que tu vas retrouver ton enthousiasme. Que c’est en changeant de boulot que tu vas trouver mieux ailleurs.

En vérité, tu sais très bien que quoi que tu fasses, tu ne te sens jamais vraiment reconnue. Jamais.

Je m’appelle Emily Lubaszka. J’accompagne des travailleurs sociaux en quête de sens à gagner en 3 mois 5 000 € de chiffre d’affaires avec une activité qu’ils auront créé à leur image. 

Quand le dimanche soir arrive, t’as la boule au ventre qui vient avec. Rien que de penser au lundi, t’es déprimé. Tu commences à peine à profiter de ton week-end qu’il faut retourner au boulot. Se lever tôt le matin quand le réveil sonne, se préparer rapidement, s’engouffrer dans les embouteillages, affronter le bruit, tes collègues qui sourient (« mais au fait, sont-elles vraiment heureuses ? »), dire bonjour à ton chef en souriant alors que tu lui en veux qu’il ait augmenté ta collègue qui passe (beaucoup) de temps à la machine à café et pas toi, et ces réunions interminables qui ne servent pas à grand-chose, sauf à te faire prendre des kgs à cause des croissants et autres petits gâteaux. 

Le soir, tu rentres, tu t’engouffres dans les mêmes embouteillages. Le même bruit, le même chemin que ce matin, le même que tu feras demain et après-demain et peut-être jusqu’à la retraite. Il fait super chaud, tu te sens sale, fatiguée, lasse, t’en as marre, tu dois encore aller faire des courses, t’as plus rien à bouffer. 

Au feu rouge, tu regardes les voitures qui tournent dans la rue et passent à côté de toi. Tu vois sur la tête des gens qu’ils sont pressés, qu’ils sont pas contents. Et moi, est-ce que je suis comme eux ? Tu te demandes. 

Et là, tu vois à l’abribus une affiche pour une pub de voyage « le monde vous appartient »

Tu parles que le monde m’appartient, tu te dis.  

…..  

Et si tu créais ta propre activité ? Une activité que tu aurais créé de toute pièce, en partant de toi, de ce que tu es, de tes valeurs, de tes désirs, de tes talents ? Une activité qui te permettrait de vivre à ton rythme, de travailler avec des gens avec lesquels tu as envie de travailler ? Une activité dans laquelle tu prendrais du plaisir ? Et plus, qui te rapporterait 5 000 euros par mois de chiffre d’affaires ?

Tu ne penses pas que tu te sentirais bien dans ta peau ? Que tu te sentirais reconnue à ta juste valeur ? Que tu aurais trouvé ta place ? Que tu aurais l’impression que le monde t’appartient ? 

On en parle ensemble si tu veux : 

Mon programme d’accompagnement 

Emily

 

une solution innovante pour se sentir reconnu quand on est travailleur social